Le retour, bilan et conclusion 2011

Via Podiensis / Camino Francés 2011

Le retour, bilan et conclusion

Mardi 07 Juin 2011

Le retour à Châteaudun

Ce matin je me suis réveillé un peu plus tard que les jours précédents et pour cause, c'est aujourd'hui le retour.
Je démonte mon porte bagage de selle que j'avais détaché du VTT la veille et amené au gîte. L'ensemble ira dans le sac à dos avec le reste des affaires. Une fois rempli, le sac est bondé mais tout est rentré.
Je me retrouvais donc dans le bus avec le sac à dos et le vélo démonté empaqueté en colis dans la soute de celui-ci. J'espère que le chauffeur du bus ne va pas me refuser mon vélo qui n'en n'est plus un, car étant démonté, il est devenu un bagage normal de 1m40 de long sur 0m90 de large. La compagnie accepte 1m50 maxi, mais j'ai comme un pressentiment.

9h30 je vais chercher mon colis (vélo) et je vais à la gare routière à vingt minutes de là.
Beaucoup de monde sur les quais, et un défilé de bus incessant dans cette gare. 11h30 arrive et tout le monde se bouscule pour embarquer et le chauffeur n'a pas l'air patient.
Au moment de charger mes bagages, ce que je craignais arriva. Le chauffeur Espagnol devine que j'ai un vélo dans mon colis et refuse catégoriquement de le prendre. Sa collègue lui demandant ce qui se passe, me dit aussi pas de vélo et d'insister et de lui expliquer que ce n'est plus un vélo, mais un bagage comme les autres, rien n'y fait. Le stress est à son comble. Même les autres pèlerins tentent de me défendre mais en vain.
Finalement au bout de vingt minutes de discussions, il embarqua mon vélo, mais j'en fus quitte pour un surplus de 52€. Ouf le stress redescend.

22 heures plus tard, nous sommes mercredi matin 9h30 et je descends à Orléans à 50 Kms de chez moi. La nuit a été longue dans le bus et pas facile de dormir surtout en Espagne où les chauffeurs Espagnol, n'hésitent pas à appuyer sur le champignon dans les montagnes de Galice malgré la pluie par intermittence. Nous étions quelques-uns à ne pas être rassurés du tout, limite dangereux.

Donc descendu à Orléans, je remonte mon vélo et je rentre sur Châteaudun 2h30 plus tard avec un vent plein face pour finir. La boucle est bouclée, autonome jusqu'au bout.


Bilan

  • 93.7 Heures de selle.
  • 1571.2 Kms parcouru.
  • Pas de problème vélo mise à part une pédale endomagée qui a tenu le coup jusqu'au bout.
  • Pas de problème pour le bonhomme.
  • moins 3 à 4 kg quand même.

Conclusion


  1 - Ne partagent pas les croyances de la majorité de ceux qui font le chemin, je ne peux rester insensible à ce
       chemin chargé d'histoire, où des milliers de pèlerins ont cheminé depuis plus d'un millénaire.

  2 - Si c'était à refaire je ne sais pas si je réserverais d'avance le bus du retour, en effet une petite pression a été
       engendré par la peur de rater un jour d'étape pour diverses raisons, casse mécanique ou autre, qui mettrait
       à terre tout mon planning et donc le retour par bus. 

  3 - A chaque étape, un peu pressé d'arriver pour avoir une bonne place dans les gîtes, même si on peut réserver
       en Fance, ce que j'ai fait, et trouver des places libres en Espagne car pas de réservation possible chez nos
       voisins Espagnols.

  4 - Un peu frustré d'avoir dû quitter le GR 65 par endroit.

  5 - Disposant d'un temps limité d'un peu plus d'une vingtaine de jours, des étapes de 75 Kms en France et plus de
       85 Kms pour certaines en Espagne sont un peu longues pour profiter pleinement du chemin.

  6 - Une monture de 120 kg poids total roulant un peu lourde pour être à lèse sur le GR 65.

  7 - Mon sac à dos de 6.8 kg, très grand maximum à VTT.

  8 - J'aurais peut-être préféré faire le chemin à plusieurs, même si partir seul est une riche expérience.

  9 - J'ai été très heureux d'avoir pu réaliser tous ces chemins en entier, ce qui m'a permis de rencontrer beaucoup
       de personnes et d'avoir vu des paysages somptueux.

10 - Je suis très fier d'avoir reçu ce certificat qu'est la Compostela, il représente une grande valeur pour moi, car il
       est  l'aboutissement d'un long chemin de 1500 Kms fait à VTT, et en le regardant, je me dis, je l'ai fait.

11 - Et pour finir, je peux dire qu'il y a eu un avant et un après Compostelle et que cette expérience sera le début
       de nouvelles autres aventures à VTT.