9 Etape: Santo Domigo de Silo à Tardajo

La ruta de la Lana

9 Etape

Vendredi 25 Mai 2018
Santo Domigo de Silo à Tardajo

7h52 à 14h54 (72.30 Kms théorique)
70.53kms – 4h47 de selle

Moyenne de pédalage: 14.72 km/h - 12°/14°

Ma Trace GPXMa Trace KMLAltitude de l'EtapeMon Hébergement 

Comme il n’y avait pas de cuisine possible, j’ai dîné au restaurant. Ayant dormi comme un loir, j’ai pu récupérer de ma longue étape d’hier. Ce matin départ vers 7h50 avec un ciel plus que menaçant et 12° au compteur. Je m’équipe donc d’avance de mes pare-pluies. J’ai bien fais, car après quelques kilomètres la pluie commence à tomber. 

Je pense que ça va être une journée humide aujourd’hui. Je ne me pose même plus la question de savoir si je dois prendre les chemins. La route est roulante et la pluie s’intensifie de plus belle. Mais voilà l’orage qui s’y met aussi et ça commence à gronder fort. Je ne fais pas le malin avec l’orage quand je suis à vélo, je n’aime pas ça du tout. J’appuie sur les pédales et je ne m’attarde pas. 

Fort heureusement il est derrière moi, mais il avance et je suis à plus de 1000m d’altitude. Soudain une grosse détonation avec éclaire, il n’ait vraiment pas tombé loin derrière moi, moins d’un kilomètre. Le stress monte un peu, je n’en mène pas large et j’appuis de plus belle sur mes pédales.
Je suis carrément traversé de la tête au pied et en plus j’ai froid. Mon k-way n’ai apparemment pas étanche. Mais bonne nouvelle, l’orage a finalement bifurqué sur ma gauche, je ne l’entends que très loin. J’arrive à Covarrubias où je fais une halte pour me mettre à l’abri sous un porche, car ça dégringole. 

Ce n’ai vraiment pas agréable du tout, je tremble car j’ai un peu froid. Je ne peux quasiment pas prendre une photo, tout est mouillé et mon appareil est rangé au sec. La pluie baisse d’intensité, il faut repartir. Heureusement la route est roulante, et j’avance bien malgré la pluie. Je traverse Mecerreyes où j’ai failli rater une route, car je suivais ma trace du GPS qui s’engageait sur un chemin de terre. 

De belles montées après quelques kilomètres. Gardant forcement la route par un temps pareil, je traverse une zone boisée quelques kilomètres avant d’arriver à Cuevas de San Clemente ou je fais encore une pose pour me mettre à l’abri sous un arrêt de bus. Je prends maintenant la N-234 où je n’arrête pas de me faire raser par les camions. Là aussi la route est très roulante et les kilomètres défilent.
Je passe à côté de Cubillo del Campo et plus loin Hontoria de la Cantera où le camino traverse la route pour aller sur ma droite direction Revillarruz. Après quelques kilomètres je suis obligé de rebrousser chemin, car la national débouche directement sur l’autoroute. Je cherche une variante route sous un abri. Mes jambes tremblent toutes seules tellement j’ai froid. 

Je ne voulais pas prendre la route sur ma droite qui menait sur un chemin, mais pas le choix, il n’y a rien d’autre. Fort heureusement c’était une ancienne ligne de chemin de fer désaffectée et transformée pour le coup en chemin de randonnée pierrée et assez roulante. J’avance bien, après une grande boucle je traverse un tunnel de presque 1 km. Arrivé au milieu, je n’y vois quasiment rien, une petite lueur aux deux bouts. 

Je décide de mettre pied à terre et continuer à pied afin d'éviter de me prendre un trou s’il y en avait un. Je suis maintenant à côte de Cardenadijo. La Ruta de la Lana va bientôt se terminer pour laisser place au Camino Francès. Je suis sur une piste cyclable et je passe sous l’autoroute deux fois avant d’arriver finalement à Burgos.
Il me faut environ 25 mn pour arriver à la cathédral. Là prend fin de la Ruta de la Lana. Après avoir pris la cathédrale en photo, je ne traine pas, car je suis mouillé de partout et j’ai malheureusement hâte d’arrivé. Je déambule dans les rues de Burgos, où je me rappel mon passage lors de mon Camino Francès en 2011. Petit arrêt pour quelques courses dans un mercadona. Je traverse un parc public à la sortie de la ville. 

Je passe maintenant sous le pont de l’autoroute pour arriver après 2 kms à mon albergue de Tardajos. Il y a pas mal de monde dans l’albergue, normal je suis sur le Camino Francès, ça change de la Ruta de la Lana. Je suis pressé de passer à la douche pour me réchauffer un peu et surtout de faire une lessive et faire sécher tout ça. Nous sommes quatre dans la chambre, un Allemand, un Australien, un Anglais et moi même. 


  • Bilan de la journée :  une étape malheureusement pas intéressante due aux conditions climatiques. Le changement de Camino est perceptible à la vue des nombreux pèlerins dans l'albergues.   
  • Albergue : La Casa de Beli +++ / ++++